Home

Asphodèle, en manque d’écriture, propose un jeu basé sur une récolte de mots hebdomadaire. Pour cette première édition, il s’agit de mots en A :

allergie – astre – affriolant – arbre – anagramme – accident – artifice – abricot – abandon

Voici mon premier texte :

Depuis toujours elle l’appelait Zan. C’était son cousin préféré, celui avec lequel elle avait toujours passé ses vacances d’été, chez leurs grands-parents, à La Baule. Enfant unique lui aussi, il aimait s’occuper d’elle durant ces deux mois, ce qui incluait parfois de vilaines farces qui la faisaient pleurer. Mais peut-être faisait-il cela pour mieux la consoler ensuite?

Il l’appelait Petite Sœur de mon Cœur. C’est lui qui lui avait appris à grimper aux arbres. Une nuit, il l’avait faite sortir en cachette pour lui apprendre le nom des astres. Zan était son soleil, son nord, son mètre-ruban, le grand frère qu’elle n’aurait jamais. Tout ce qu’elle disait, faisait, elle le disait, faisait pour lui. Mais cet été-là, pas de jeux ni de plage pour Zan. Il avait eu, juste après ses derniers examens, un accident de scooter et depuis sa jambe gauche était dans le plâtre. Il souffrait de terribles démangeaisons – pire qu’une allergie, disait-il – et empruntait les longues aiguilles à tricoter de sa grand-mère pour se gratter.

Il passait le plus clair des après-midis à regarder à la télé des blondes affriolantes tenter de séduire des bellâtres d’opérette ou bien à faire des jeux dans une revue pleine de mots. Il avait essayé de lui expliquer les mots-fléchés et les anagrammes mais elle n’avait pas bien compris. Par exemple, avait-il dit, artifice devient « certifia » si tu mets les lettres dans un sens différent. Et abricot, ça devient quoi? avait-t-elle demandé en croquant justement dans un fruit volé dans la corbeille de la salle à manger. Il avait réfléchi quelques instants et puis décrété qu’abricot, ça ne le faisait pas. Elle avait haussé les épaules puis s’était blottie contre lui pendant qu’il continuait à inscrire des lettres dans des cases. Elle aimait bien l’odeur de sa peau sous la chemisette de lin. Souvent, c’était là, dans le giron protecteur de Zan, que la trouvait sa grand-mère quand elle rentrait de son club de tricot, assoupie dans un mol abandon. Elle l’attrapait alors comme on porte un chaton et l’installait dans la cuisine devant un verre de lait et un biscuit qu’elle sortait d’une boite en fer.

Exactement la même que celle qu’elle vient de dénicher aujourd’hui, dans cette brocante, très loin de La Baule et il lui semble que si elle l’ouvre, tous ses souvenirs, précieux, brillants, inestimables vont s’envoler avec le vent. Alors elle la serre contre elle, bien fermée et donne les trois euros demandés au marchand. Puis elle repart, sourire aux lèvres et pioche, dans sa poche, comme toujours, un petit bout de Zan…

19 réflexions sur “Les plumes de l’été : avec des A…

  1. Très beau texte « de vacances » ! Pour Zan, nous devons avoir le même cousin !! 🙂 J’aime cette atmosphère languide !
    PS : c’et un troisième blog « Moderne solitude » ? ou il remplace Skriban ? Je ne suis pas encore allée explorer !! Pfff (j’aime beaucoup le titre et la bannière !).

  2. Pingback: LES PLUMES DE L’ÉTÉ – 1 |

  3. Pingback: Les plumes de l’été – 1 « Plumes and Co

  4. Très beau texte. On te découvre aujourd’hui mais il semble que ce soit un troisième blog ?
    En tout cas, bravo pour l’utilisation naturelle des mots, ça nous épate !
    on ira fureter demain sur ton blog, là, c’est dodo !

    • @ Jeneen : Merci. 😀 Oui, un blog pour les lectures, un autre pour l’atelier d’écriture (fermé pour les vacances) et un troisième pour mes écrits perso… Voilà tu sais tout! A bientôt!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s