Home

Quelle conne! Mais quelle conne! Je n’aurais jamais dû le manger ce caramel au beurre salé. Mais je n’ai pas pu m’en empêcher. Ma gourmandise me perdra. D’ailleurs, c’est déjà fait. Dix kilos de trop. Une virginité que j’ai pourtant essayé de perdre à maintes reprises. Un job à temps partiel. No future. Et puis j’ai l’air de quoi, toute seule, samedi soir, sous mon parapluie alors que ça fait dix minutes qu’il ne pleut plus, à traverser la rue n’importe comment, la main dans la bouche comme si j’étais soudain devenue un dessin de Reiser? La fille qui se mange la main! La wache, cha fait môl…

Il n’y a que les vieux veufs pour aller seuls. Tous les autres sont en couple ou avec des amis, en train de boire des coups, derrière les vitrines des bars, histoire de bien me montrer que j’ai une vie de merde. J’ai la dent engluée, la langue qui colle au palais. C’était un attrape-nigaud, ce caramel ou quoi? Un bonbon piégé? Un truc sponsorisé par le lobby des dentistes pour faire faire plus de prothèses dentaires? J’ai beau essayer de déloger l’amas avec le doigt, le truc ne veut pas bouger. Je vais y laisser mes dents moi…

Le dernier dentiste que je suis allé voir m’a dit « ouvrez la bouche » et là, il a reculé, effrayé. Comme qui dirait, vous avez morflé! Ben oui, m’sieur La Fraise, je me suis élevée toute seule, comme qui dirait, et il a fallu que Madame Fluocaril vienne faire de la prévention à l’école pour que je découvre ce qu’était une brosse à dents, voyez? Mes parents ne s’en étaient jamais préoccupés. Et si on me donnait un bain par semaine, c’était le grand luxe…

Je vais retourner dans la boutique, moi, je vais lui cracher son caramel à la superglu, sur son comptoir  en acajou, à cette pétasse qui m’a tendu la boite comme si elle me faisait l’aumône après que j’aie acheté un ballottin d’un kilo de chocolats belges à quarante euros. La salope, je suis sûre qu’elle l’a fait exprès. Elle l’a mis dessus pour être sûre que je le prenne. Vacherie. Je… aïe… Aussi vite, il était périmé en plus. Ah, enfin, je sens que ça bouge. Vite une poubelle pour que je le crache!

Enfin, débarrassée. Ah, ça va m… Un trou! Là où il y avait avant une molaire, il y a… mon dieu, un trou! Enorme! Il faut que je récupère ma dent. Peut-être que c’est comme pour les bouts de doigts, le toubib pourra me la remettre en place. Je glisse mon bras dans l’ouverture spécialement dimensionnée pour éviter qu’un terroriste y cache sa bombe. Il me font marrer, les mecs de la mairie. Les méchants détournent des avions et eux, ils rétrécissent l’orifice des poubelles… Je ne suis pas si grosse quand même! Mon bras ne rentre même pas… Quand je disais que la gourmandise me perdait… Je tâte. Eeeerk… Qu’est-ce qu’il a à me regarder l’autre type, là? Je cherche ma dent, c’est pas comme si je faisais les poubelles, quand même!

Ah, samedi, sacrée soirée! Total failure! Et je n’ai même pas encore essayé de trouver un dentiste de garde…

C’était ma participation au jeu de Leiloona, Une photo, quelques mots, d’après une photo de Kot. 

19 réflexions sur “Total plombage

  1. Comme d’habitude j’adore le ton de ton texte ! On oscille entre franc sourire et pitié pour cette jeune femme au passé peu joyeux.
    J’aime ce mélange de tons !

    Merci ! 😀

  2. Excellent, j’aime quand tu fais dans l’humour ! Le coup de la dent dans le caramel, un grand classique…surtout dans nos régions où le caramel est à l’honneur ! (j’y ai laissé un reste de dent de sagesse il y a un mois 😦 ) La gourmandise nous perdra 🙂

  3. Pingback: Un p’tit coin d’parapluie … | Bric à Book

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s