Home

Est-il besoin de le préciser? Je suis tombée dans les livres à l’heure où j’ai su lire. J’ai longtemps carburé au rythme du Club des Cinq puis j’ai sauté du rose au vert avant d’aller vers d’autres horizons divers et pimentés. J’étais du genre à répondre aux appels de ma mère puis à replonger dans mon histoire sans plus me préoccuper de l’heure du dîner. Du genre aussi à lire sous la couette avec un lampe de poche.

A huit ans, j’ai commis une histoire de princesse. A l’adolescence je me suis essayée à des histoires à tonalité lacrymale. Ce n’est que bien plus tard, quand un ami m’a parlé d’un concours de nouvelles que je me suis lancée. Vraiment cette fois. Et j’ai trouvé ça si grisant que j’ai voulu continuer…

Et dix ans plus tard, fatiguée par trop de temps consacré à l’écriture sans jamais ou presque avoir de retours, j’ai tout laissé tomber. Ça a duré deux ans. Je ne voulais même pas voir un stylo en peinture. Et puis j’ai ouvert un blog professionnel mais aussi consacré aux livres. Et là, plusieurs blogueuses m’ont dit apprécier mon style. Peu à peu, en grande partie grâce à elles, l’envie d’écrire est revenue. Elle n’étais pas vraiment partie mais elle n’osait plus se montrer…

Deux blogs – Skriban et l’Atelier d’écriture – et un roman écrit au deux-tiers plus tard, voici Moderne Solitude. Une vaste prairie où dégourdir ma plume… et vous rencontrer peut-être…

11 réflexions sur “Moi ou presque…

  1. Voilà, j’ai exploré ! Donc c’est bien un autre blog ! Et je comprends tout ce dont tu parles car j’en suis au même point que toi ! Ouvrir un blog a été une justification (si l’on peut dire) pour arrêter, mettre en veilleuse mes écrits « sérieux » !! Le doute toujours le doute…Mais c’est vrai que « bien écrire » ou « écrire facilement » n’est pas toujours un gage de succès, hélas ! Il faut aussi, comme le fait Olivia, savoir se lancer, oser et ça c’est je crois une des étapes les plus difficiles !! 😉

    • @ Asphodèle : se lancer encore.. ça va, c’est entamer sans le vouloir une collection de lettres de refus qui est plus difficile à supporter! Mais bon, Lionel Salaun est l’exemple même de la persévérance qui finit par payer!

  2. Je me retrouve bien dans ta description : bibliothèques rose et verte, Club des Cinq, lire sous la couette avec une lampe de poche (moi, je prenais ma lampe de chevet et je me construisais une cabane !), écrire… Merci pour ces jolis souvenirs !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s